Posted on

« Guillaume Apollinaire le regard du poète » au Musée de l’Orangerie, jusqu’au 18 juillet

Guillaume Apollinaire le poète est aussi critique d’art entre 1902 et 1918. Il est découvreur de l’art Africain, en tant qu’expression primitive et moderne à la fois, dans le sens que sa représentation est autre qu’académique. L’art nègre existe pourtant déjà, conservé au Musée de la Porte Dorée, mais en tant qu’objet colon, sans distinction et sans valorisation avec les autres objets du quotidien. J’ai assisté à une lecture théâtrale gratuite sur réservation, au Musée de l’Orangerie, et pu goûter ensuite le soir en toute tranquillité à l’exposition. Les photos ne sont pas permises. Aussi me suis-je juste lâchée dans la dernière salle sur l’art africain et primitif (bois gravés de Madagascar également) devant une statuette de reliquaire Kota, du Gabon, qui fit partie de la collection de Paul Guillaume – clin d’œil au Musée Dapper que j’ai visité il y a quelques post de cela sur Mydistrikt. L’exposition s’ouvre sur une salle qui présente l’attrait d’Apollinaire pour le cirque, les marionnettes et le spectacle théâtral. C’est l’époque du théâtre d’Alfred Jarry et de parade dont Picasso peint le rideau de scène. Apollinaire écrit des ouvrages « Les Peintres cubistes, Méditations esthétiques » en 1913. Il y consacre différents chapitres à Pablo Picasso, Georges Braque, Jean Metzinger, Albert Gleizes, Juan Gris, Marie Laurencin (avec qui il eu une liaison), Fernand Léger, Francis Picabia, Marcel Duchamp et Raymond Duchamp-Villon. Il exprime ses goûts et ses soutiens aux artistes dans « Les Soirées de Paris », la revue qu’il cofonde à partir de 1912. Apollinaire et Picasso entretiennent une profonde amitié, nourrie de leurs aventures féminines. Apollinaire l’appelle « l’oiseau du Bénin ». En 1848 Picasso fait son portrait couronné de lauriers. Une salle est consacrée au calligramme. Mot formé par la contraction de calligraphie et d’idéogramme, un calligramme est un poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin. Une autre salle montre la rencontre du très jeune Paul Guillaume qui ouvre grâce à lui une galerie d’art nègre, dès l’âge de 24 ans. Il existe des visites guidées d’1h30. Coût 6€ en + du droit d’accès au musée, les mercredis et les samedis à 16h00 jusqu’au 16 juillet 2016. Elles sont sans réservation, il suffit de se présenter au comptoir d’informations, 15 mn avant le début de l’horaire. Evénement spécial et en accès libre, dans la limite des places disponibles : « une soirée ciné concert » est organisée le vendredi 24 juin 2016 à 19h, 20h, 21h, 22h et 23h. Elle présentera des courts-métrages muets accompagnés au piano par Serge Bromberg tels qu’Apollinaire a pu les découvrir. Attention la séance de 23h est réservée exclusivement aux adultes.