Posted on

Au Texas, Tatou d’un Reporter

Tatou bu ou presque… Que faut il pour faire de la bière? D’abord il faut de l’eau. Quelle chance, on n’en manque pas, aujourd’hui il tombe des cordes. C’est donc un samedi parfait pour aller visiter l’usine Budweiser à l’est de Houston. A l’entrée, un magnifique “Clydesdale” en bronze nous accueille. Un “Clydesdale”…qu’est ce que c’est? Ne cherchez pas, c’est “le” cheval fétiche de la marque depuis 1933. Les animaux ça fait vendre. Et comme vous l’avez sans doute remarqué, Budweiser est à la pointe du marketing avec une belle longueur d’avance, car leurs affiches publicitaires (imprimées dès 1880) constituent un landmark de l’histoire américaine du 19 ème siècle. Alors, évidemment, dès que vous rentrez dans la brasserie, vous tombez sur une formidable boutique aux objets logotés les plus inattendus. Vous occuperez agréablement la demi-heure avant la prochaine visite à essayer des chapeaux farfelus. (No photos) La guide arrive. Elle a le débit d’une mitraillette mais on s’accroche de toutes nos oreilles. Cette brasserie fête cette année ses 50 ans. De chocs thermiques en chocs auditifs et olfactifs, on comprendra qu’on découvre successivement les cuves de brassage et de fermentation, les celliers, la salle de contrôle, l’embouteillage et le packaging. On apprendra que les copeaux de bois de hêtre sont essentiels à la maturation. Que la chaîne de fabrication sort 1600 bouteilles par minute. Que l’usine de Houston produit 16 sortes de bières différentes. Ah, justement, on arrive à la dégustation. Et là, ah, je n’ai plus le choix, c’est le moment ou jamais de vous l’avouer…je déteste la bière!